fontaine

 

Si le terroir est un pays, un village, considéré, à travers ses caractéristiques : son histoire, ses traditions, sa culture, du point de vue du caractère des personnes qui y vivent ou en sont originaires, on peut effectivement parler de terroir pour Moyeuvre-Petite.

 

La légende du fond de cristal

 

gartenorC'est étrange, vous qui vivez dans le 21ème siècle, dans le monde d'Internet, vous savez ce qui se passe à l'autre bout du monde mais vous ignorez des événements importants, qui se sont déroulés, certes il y a très longtemps, mais, à proximité de vos maisons, celles où vous habitez aujourd'hui !!!

Savez-vous pourquoi, on appelle dans votre village un petit coin de forêt : " Le fond de cristal" ?

Au fait..., je me présente : je suis Gartenor ! A ce jour, mon nom ne vous dit rien, mais quand je vous aurai raconté la légende du « fond de cristal », vous vous souviendrez de moi toute votre vie !!!

Certes, au fil des siècles, je suis devenu un vieux lutin de la forêt. Mais les anciens, les très anciens lutins comme moi, ont une mémoire fabuleuse !

Si vous voulez rêver, écoutez-moi !!!


charbonnier conte


En l'an 1312, Lemarlin François, 35 ans, veuf, père de 4 enfants est charbonnier de son état à Pette Mohueure, c'est le nom de l'époque de Moyeuvre-Petite.

Avant tout, et en deux mots, Il faut que je vous explique ce qu'est un charbonnier, c'est important pour la suite de mon histoire !

Passé maître dans l'art de dominer le feu, le charbonnier produit du charbon avec du bois, donc du charbon de bois comme celui dont vous vous servez aujourd'hui pour faire un barbecue.

Le charbonnier coupait son bois durant l'hiver, et au printemps il construisait avec celui-ci un immense foyer en forme de pyramide. Il lui fallait alors beaucoup de savoir faire pour transformer en charbon tout ce bois. Le charbonnier devait continuellement surveiller son foyer pour éviter que le bois ne brûle et qu'il perde le fruit de tout son travail : de petits morceaux de bois calciné tout noir. Il passait ainsi des semaines en forêt sans rentrer chez lui !

Il revendait ce charbon de bois qui servait alors à alimenter les bas-fourneaux qui produisaient l'acier, et les forges où l'homme transformait cet acier en outils et en armes.

 

 

Je reprends mon récit. Notre ami Lemarlin François n'avait pas bon caractère. Le décès de son épouse, la dureté de son travail avaient aigri le bonhomme. Il parlait peu, c'est tout juste s'il saluait les voisins, et surtout ne faisait jamais un compliment à qui que ce soit. En un mot notre charbonnier était bourru !

Donc, Lemarlin François, père de 4 enfants avait une fille aînée : la Blanche, c'était son nom. Dans une famille de charbonnier s'appelait Blanche signifiait qu'elle était particulièrement jolie avec son teint pâle. Elle élevait depuis la mort de la mère ses 3 frères et sœurs. La Blanche approchait de ses 17 ans et les garçons du village et ceux des environs la courtisaient. Il faut que vous sachiez que La Blanche, en plus de sa beauté, était très gentille, très intelligente et très travailleuse !

Le père, le François, ne voyait pas d'un bon œil tous ces garçons faire le beau devant sa fille. Seul en forêt, il avait eu le temps de réfléchir. Si la Blanche trouve un mignon et se met en tête de l'épouser qui s'occupera de faire tourner la maison, qui s'occupera des petits, s'était-il dit ? Lui avait sa besogne et puis s'occuper des enfants ce n'est pas une affaire d'homme ! Le François en avait donc conclu qu'il fallait que la Blanche ne se laisse pas séduire ! Mais comment faire, toute la question était là ?

 

Vous vous demandez quel rapport  il y a entre la Blanche, le François et ce coin de forêt qu'on appelle aujourd'hui le  "fond de cristal " ... J'y arrive  Fermez bien vos yeux pour imaginer ce qui suit !

 



livreCe qui devait arriver, arriva ! Un beau jeune homme réussit à gagner le cœur de la Blanche. Ce ne fut pas facile pour lui d'être aimé par la Blanche qui ne pensait qu'à s'occuper des petits et à ses devoirs de ménagère. Elle garda longtemps ses distances avec le Pierre. Mais l'amour l'emporta !

Il faut vous dire que la Blanche rencontra le Pierre à la chapelle du village. Lui savait lire et écrire et il travaillait pour les moines de la Chapelle aux Bois : il tenait des registres sur les biens des moines et comme la chapelle du village appartenait aux bons moines, il venait de plus en plus souvent à Pette Mohueure.

Je ne vous décris pas la colère du François quand il comprit que la Blanche était amoureuse ! Toute la forêt résonna de ses cris !

 

 

Les renards se cachèrent dans leurs terriers. Les loups quittèrent précipitamment le Corbas. Les cerfs et biches s'enfuirent vers Saint Pierremont. Les fées du grand chêne étaient pétrifiées ! Même la sorcière de la forge de Pérotin se mit à trembler. Il se dit encore aujourd'hui chez les animaux  que les poissons du Conroy et du Verlambo s'enfuirent immédiatement vers l'Orne ! Dans le village, la soixantaine d'habitants ne bougea plus et n'osa plus prononcer un seul mot.

La Blanche elle, pleurait toutes les larmes de son corps...elle ne pourrait pas se marier avec le Pierre.

 

 

La vie était dure pour les hommes à cette époque et nous, lutins, tentions de les aider le plus souvent possible ! Moi, le lutin Gartenor... je ne fus pas effrayé par le Lemarlin François. Je réunis les animaux, les lutins, enfin les sourds, il n'y avait plus qu'eux, qui trainaient dans la forêt ! Après bien des palabres nous vons pris  la décision suivante. Puisque le François ne voulait pas discuter de l'union entre la Blanche et Pierre nous allions le contraindre à réfléchir ! Ce ne fut pas chose aisée de se faire entendre, mais je continue mon histoire !



Le François arriva, un beau matin de début de printemps avec des provisions pour plusieurs semaines, au creux du vallon où il avait décidé d'installer son foyer pour préparer son charbon de bois.

glace

Quelle ne fût pas sa surprise en découvrant que, juste à cet endroit précis, la forêt, son bois, étaient recouverts d'une épaisse couche de glace. Il cru déraisonner, se frotta les yeux. Il se dit : c'est impossible en ce début de printemps qu'il y ait de la glace. Il pensa immédiatement que cela pouvait être un mauvais sort lancé par une sorcière, où tout autre démon ! Il n'avait pas véritablement tort...

Impossible pour lui d'allumer un feu, simplement en touchant un morceau de bois, celui-ci se cassait comme du cristal. Il ne pouvait même pas déplacer son bois de quelques mètres, là où rien n'était gelé.

Le François se prit la tête entre les mains et il était désepéré : tant de travail pour rien se disait-il ! Il cherchait entre deux sanglots à comprendre pourquoi la nature s'acharnait aujourd'hui ainsi contre lui !


 

Il resta des heures assis, avec sous ses yeux le spectacle magnifique de ce vallon glacé. Les branches des arbres enveloppées dans des écrins de verre brillaient comme du cristal sous un rayon de soleil. Les chênes si majestueux, et d'habitude si solides, semblaient si fragiles. Bien évidemment il demeurait insensible à la beauté des lieux.

Lemarlin tentait de réfléchir, les idées noires se bousculaient dans sa tête de charbonnier ! Après quelques heures il s'aperçut que lorsqu'il pensait calmement à la Blanche, des gouttes d'eau perlaient des branches. Dès que sa colère lui revenait en tête, le froid se faisait plus piquant : les branches gelaient à nouveau !

Le François était bourru, têtu, mais après plusieurs jours à voir le paysage de cristal changé sous ses yeux, en fonction de son humeur envers Blanche et Pierre, il réalisa !!!

 

Le François réalisa qu'il ne devait pas empêcher la Blanche de se marier avec le Pierre. La glace fondait !

Il réalisa que c'était à lui de trouver des solutions pour la garde des petits. La glace fondait !

Il se dit que pour les travaux de la maison il pourrait essayer les faire lui-même. La glace fondait !

Il réalisa que s'il devenait moins bourru il trouverait peut-être une nouvelle épouse. Toutes ses pensées s'entrechoquaient dans son cerveau de charbonnier.

Il n'y avait plus de glace ! Perdu dans ses réflexions, Lemarlin ne s'apercevait de rien ! Un magnifique rayon de soleil traversa les arbres et le ramena à la réalité. Toute la forêt était redevenue normale en ce début de printemps. Il se mit enfin au travail.

 

Quelques semaines plus tard, ayant terminé sa fabrication de charbon de bois, il revint au village. Tous les habitants craignaient son retour. Lemarlin traversa le village le sourire aux lèvres. Il salua tout le monde et annonça à sa fille Blanche qu'il donnait son assentiment pour le mariage avec le Pierre. Blanche pleura ! Tous les habitants furent invités aux noces !

Quelque temps plus tard le François trouva une épouse. Pierre et Blanche eurent des enfants et peut-être que certains habitants de Petite Mohueure sont des descendants de nos tourtereaux !

gartenor



Voilà, je vous ai raconté la légende du fond de cristal !

Le jour où vous êtes en colère, prenez le temps de réfléchir, ne réagissez pas de manière impulsive. Je vous le dis, il est un lieu au village qui s'y prête beaucoup. Vous savez où, maintenant ! Vous savez aussi pourquoi on appelle ce petit coin de forêt : le Fond de Cristal !

 

Conseil Départemental

logo conseil regionalRetrouvez nos infos sur le site du Conseil Départemental

Conseil Régional

Retrouvez nos infos sur le site du Conseil Régional

         Grand EST

Infos CCPOM

logo-ccpomRetrouvez nos infos sur Orne Moselle

Infos utiles

Pompiers 18
SAMU 15
Gendarmerie 17

Médigarde :
Tel: 08.20.33.20.20

Véolia
Tel: 09 69 32 95 54

GrDF sécurité gaz :
Tel: 0800.47.33.33

ENEDIS

Tel: 09.73.72.73.00

Républicain Lorrain

Correspondant

MAXANT Christian

06 62 01 87 87

Secrétariat mairie

Tel: 03.87.58.88.29

Ouvert:

lundi mardi jeudi:
9h à 12h - 14h à 17h
vendredi - 9h à12h


Fermé le mercredi journée

Fermé le vendredi après-midi

 

Medical

Keldoc

 

Météo /Circulation

meteofrance

 

 

 inforoutesmosellebon

 

 

 

 bison futé

Mairie de Moyeuvre Petite • 11 Grande Rue •  57250 MOYEUVRE PETITE (Moselle) • Tel 03 87 58 88 29 • Fax 03 87 58 56 30 • Mentions légales